Villes au Carré

La lecture croisée des contrats de ville : une mine d’enseignements

22 décembre 2015

Pour tous les sites en politique de la ville, le premier trimestre 2015 a été marqué par l’urgence de réunir l’ensemble des conditions nécessaires à la signature des contrats de ville avant l’été ou peu après. Et beaucoup de territoires ont réussi l’exploit au prix, il faut le souligner, d’un fort investissement des équipes projets et d’une mobilisation partenariale et des services de l’État remarquable. Fin du marathon ? Non, le travail commence, ainsi que l’a résumé un acteur de la politique de la ville : « un contrat signé ce n’est rien, ce qui compte c’est sa déclinaison. »

Cette première étape franchie, Villes au Carré a proposé, avec le soutien des deux DRJSCS, d’ouvrir le second semestre 2015 avec des rencontres de proximité dans un format nouveau : les clubs-ville, interacteurs et interdépartementaux. Trois rencontres ont eu lieu : deux en région Centre-Val-de-Loire (à Châteauroux et Orléans) et une en Poitou-Charentes (à Niort), ouverte au Limousin. Objectif : partager les enseignements d’une lecture croisée des contrats de ville, s’appuyer sur ces enseignements pour repérer les besoins d’appui des acteurs locaux (communaux et intercommunaux) et faire les bonnes préconisations pour la mise en œuvre des contrats de ville, l’élaboration de leurs annexes et des protocoles de préfiguration de renouvellement urbain.

Basée sur l’échange, cette formule de qualification mutuelle s’est montrée doublement pertinente avec une participation facilitée par la proximité et des échanges riches, alimentés par le partage de la synthèse des lectures croisées faite par l’équipe de Villes au Carré et, à Châteauroux, par la présence du délégué territorial de l’ANRU.

Sur le fond, quels enseignements principaux tire-t-on des lectures croisées des contrats de ville ?

Tout d’abord qu’ils ont impliqué partout, certes à des degrés différents, l’échelon intercommunal. C’était l’une des nouveautés imprimées par la réforme de la politique de la ville ; elle a produit ses effets. La large mobilisation partenariale est également à mettre à l’actif des contrats de ville même si l’identification du droit commun est renvoyée à l’élaboration des plans d’actions. La participation citoyenne a gagné en crédit dans tous les territoires de la politique de la ville, souvent dès le diagnostic. De nombreuses questions sont cependant encore à résoudre pour ancrer durablement les pratiques participatives dans la mécanique des contrats de ville. Enfin, le contrat de ville, contrat unique, resynchronise les différents volets (urbain, social et économique) et dispositifs de la politique de la ville. Les contrats de ville acquièrent ainsi une visibilité et une légitimité nouvelles, renforcée par la nécessité de les situer dans l’ensemble des politiques territoriales structurantes à l’échelle intercommunale.

PDF - 430.9 ko
Lecture croisée des contrats de ville
Synthèse, novembre 2015, 20 pages

Parmi les sujets à approfondir et les demandes d’appui, citons l’évaluation des contrats de ville, la démarche intégrée, la formation des conseils citoyens, la mise en place des axes transversaux, le pilier laïcité et valeurs de la République resté inexploré, et puis l’élaboration des protocoles de préfiguration pour les sites éligibles et pour les contrats de ville, l’élaboration de toutes les annexes dont la très redoutée convention d’équilibre territorial !

Des propositions d’accompagnement, de formation et de qualification seront faites par Villes au Carré, au plus près des besoins des acteurs territoriaux. À suivre donc avec la parution début 2016 du programme de travail du premier semestre et des dates des prochains clubs ville…

Des ressources pour agir dans les territoires